La palmeraie


palmeraie de GhardaiaLa palmeraie, un havre de paix d’une grande fragilité

Les palmeraies sont des lieux très agréables à vivre pendant les mois les plus chauds. La palmeraie offre un paysage aux apparences si naturelles qu’on oublierait qu’elle a été entièrement créée par les hommes. Ces jardins sont la récompense de siècles d’efforts incessants pour domestiquer le désert.

Un ami mozabite vous invitera sûrement à vous reposer quelques instants dans son jardin, au milieu des plantes d’agrément, jasmins, lauriers et rosiers qui mêlent leurs parfums à ceux des orangers ou des amandiers.

Ville d’été

De nombreuses habitations ont été construites dans la palmeraie. L’ensemble constitue la ville d’été qui se retrouve noyée dans une végétation luxuriante. Dans les rues, on marche entre les hauts murs de pierre et de toub ; sur le sol, tapissé de sable, les pas sont silencieux. Ici, d’ailleurs, tout respire le calme et la sérénité.

jardins palmeraie de ghardaiaLes cultures dans la palmeraie

A l’ombre des palmiers dattiers, les Mozabites pratiquent la culture.

De nombreux arbres fruitiers (orangers, citronniers, grenadiers, figuiers…) sont protégés de l’ardeur du soleil par les palmes des palmiers. A leur tour, les arbres fruitiers abritent sous leur feuillage des cultures de céréales et de légumes.

L’irrigation

Les jardins de la palmeraie sont traditionnellement irrigués par des seguias (petits canaux) et des rigoles. La plupart possèdent aussi des bassins qui constituent des réservoirs d’eau afin de subvenir aux besoins d’arrosage et d’irrigation des cultures. Sous le climat saharien, chaque arbre nécessite plusieurs dizaines de litres d’eau par jour.

Le palmier

palmier

Le palmier est au M’zab l’arbre par excellence et fait partie du patrimoine et des richesses locales.

Il se prête aux usages les plus divers.

Son tronc fournit :

  • des poutres pour les toits
  • des planches pour les portes
  • des mesures pour les commerces
  • des mortiers pour écraser le grain
  • des récipients de toutes sortes

Ses branches (ou djerid) font :

  • des clôtures
  • des toitures
  • des torches
  • on les utilise pour battre le linge et pour râcler la laine

Les épines servent d’épingles, d’aiguilles, d’alènes et de poinçons.

Avec les feuilles, ou lif, on tresse des nattes des couchettes, des cordes, des entraves, des sacs et des paniers.

La datte

La datte est la panacée. La population s’en nourrit et l’emploie comme onguent pour les plaies et les gerçures, tandis que le noyau concassé est donné aux chèvres, ânes ou chameaux.

غرداية سياحة